Courage, hésitons et osons !

Arriver au parc m’a toujours impressionnée… Par le nombre de silhouettes disséminées ici ou là, alignées dans l’attente d’un colis repas ou agglutinées autour des White Jackets. Vendredi soir, je venais pour « driver » sur Bruxelles et ramener chez moi deux invités envoyés par M-C. au cas où ils ne trouveraient pas de famille…
Vendredi soir… L’ambiance est plutôt calme, tranquille. Au fur et à mesure, je m’approche et me mêle aux nombreuses personnes présentes. Je perçois de la détermination, de la volonté, l’attente des uns et des autres pour un contact, un échange, un hébergement en famille… Je ne suis pas venue depuis un petit temps. Je me surprends à chercher des regards familiers mais les yeux que je croise, les expressions que j’aperçois, les attitudes que je reconnais appartiennent à des personnes qui me sont inconnues… Des nouveaux, toujours des nouveaux, sur les routes de leur rêve, de leur exil, de leur élan de vie et surtout de survie…
Les white Jackets sont là. Ils ont laissé tomber leurs jackets. Ils sont cinq… Alexandrine, Caroline, Maud, Thibaut, Ramses II. Je me fraye un chemin pour les rejoindre. Ils sont accueillants, bienveillants, prêts à la blague mais aussi attentifs, concentrés,… Autour d’eux, à distance ou près -tout près parfois- des dizaines de jeunes hommes, garçons dans l’attente d’un contact, d’une famille. Plus loin les femmes et les filles… Les White Jackets sans jacket écoutent, regardent, scrutent, parlent, rassurent, expliquent,… Ils choisissent aussi. Qui mettre à l’abri chez qui ?
Vendredi soir, il n’y avait pas beaucoup de familles disponibles… Je comptais driver une ou deux fois sur Bruxelles pour emmener vnos amigrants en famille. Un peu décontenancée, j’ai dû me rendre à l’évidence… J’ai opté pour emmener un gars jusqu’à Limal avec mes invités avant de rentrer sur Bruxelles.
Ma nuit fût tourmentée, des mots poussaient la porte de mon sommeil, des phrases s’écrivaient… Pour dire : merci et chapeau bas aux White Jackets ! Respect ! Ils oeuvrent dans la détente, la sollicitude, la tranquillité, la finesse, la fermeté, avec humour et perspicacité, dans le dialogue et le respect. Respect d’eux-mêmes, de vnos invités et de vnous. Pour dire aussi : continuons à driver et à héberger !
Driver… C’est écouter du rap de toute l’Afrique subsaharienne, s’engager dans une conversation anodine ou profonde, devenir un as du Gps, trouver l’occasion de glisser l’info à propos du Hub ou de l’équipe de Samir, tomber sur des maisons de tout style dans des quartiers dissemblables, rencontrer de multiples sourires et poignées de mains de bienvenue … C’est démarrer la route avec un étranger, la partager en parlant ou en silence pour, au bout du trajet, quitter quelqu’un, un amigrant, et le laisser entre de bonnes mains.
Héberger… c’est ouvrir sa porte, dévoiler sa façon de vivre, sentir la détente chez l’autre et chez soi, se laisser surprendre par la rencontre et la confiance. Manger une salade avocat-oignon rouge-ail-citron-poivron à 23h, regarder la carte d’Afrique et connaître l’emplacement des pays sans hésiter, retrouver la table débarrassée et la vaisselle faite avec soin, jouer au Rummikube en plaçant les chiffres dans l’autre sens, utiliser son smartphone comme un ado, aller acheter des ingera et se les voir offrir… Héberger, c’est accueillir un inconnu et laisser une connaissance poursuivre son chemin.
Driver et héberger, c’est franchir un pas. Une première fois ou encore et encore.
A chaque fois, on ne sait jamais où ça mène… Quelques fois jusqu’en UK, parfois en centre fermé… Selon la politique bien entendu. Selon sa disponibilité et ses limites bien sûr… En tout cas, ça mène à l’essentiel de l’humanité, à l’autre et à soi. Chacun devient ou redevient humain. Vnous comme eux.
Hésiter, quoi de plus normal ! Oser, un pas, un grand pas !
En tout cas, avec les White Jackets du Parc Maximilien, vnous sommes bien partis ! Avec la Porte d’Ulysse, le Sisa et tous les vnous de la Platteforme, vnous sommes pas tout à fait seul(e)s dans vnotre aventure.
Courage, hésitons et osons !