Comme tous les mardis soirs, nous roulons.

Nous roulons…

Comme tous les mardis soirs, nous roulons.

Colin et moi, dans notre vie « bien rangée », vers Neufvilles, vers le foot.

Nous roulons, accompagnés par la 1ere. C’est le journal parlé. On entend parler du climat, des records de température, de l’accord (?!) inter-sectoriel, de Greta, bref, d’un quotidien par super réjouissant…

Il est temps, il est l’heure, on bascule. Deezer, le Flow, et la musique commence.

Sin With Sebastian, « Shut Up »
Major Lazer, « Get Free »
Johnny Cash, « The Man Comes Around »

Je sais, la playlist est d’enfer, c’est celle de la famille…

Next song: Bigflo & Oli, « Rentrez Chez Vous »

Et là, au détour d’un tournant sur la route de la Pierre Bleue Belge, ce sont les sanglots. C’est intense. Ce sont les pleurs, avec des larmes chaudes et non controlées. « Rentrez Chez Vous! ». Ensuite, un sentiment d’injustice.

Z et H sont repartis hier, en train, à la poursuite de leur rêve, après deux jours au chaud à la maison.

Adriana vient de poster les suites des jours OFF de la Plateforme en expliquant pourquoi et comment on en est arrivé là et ce qui pourrait être mis en place pour construire un futur différent, toujours aussi humain, mais plus responsabilisé au niveau politique.

A et B, nos deux jeunes princesses Erythréennes, viennent de nous demander de pouvoir bénéficier d’un foyer sécurisé et réconfortant pour deux jours, avant de repartir dans leur quête, du haut de leurs 16 ans, gonflées par leurs espoirs.

Sylvie poste une fois de plus des photos des dons faits par des cityonens désobéissants et fidèles à la cause, pour faciliter l’hébergement dans les familles et soulager les bourses citoyennes.

Et je me dis qu’il est temps!

Que ceux qui ne comprennent pas ce choix détournent le regard et cessent à l’instant de lire ce statut!

Nous hébergeons.

D’Erythérée, du Yémen, du Soudan, d’Ethiopie, d’Egypte, du Brésil, de la Lybie, K, H, M, J, M, A, A, M, M, A, A, A, A, Staying Alive, Staying Alive (je sais, c’est nul, mais c’était trop tentant), B, Y, N, S, Z, H, et les autres dont je me souviens moins du nom, nous les hébergeons.

C’est à dire que pour quelques heures, quelques jours, nous leur offrons un foyer, un statut d’être humain, un peu d’espoir.

Nous avons décidé de laisser rentrer un peu plus « d’Autre » dans la maison, au risque de bousculer nos habitudes et nos certitudes. Parce qu’aujourd’hui, les replis sur soi sont des éléments qui accélèrent la chute de notre Civilisation.

Aujourd’hui, nous croyons que le futur sera solidaire ou ne sera pas. Au-delà des enjeux climatiques, sociaux et économiques, l’Homme n’aura de futur que si il accepte l’Autre, avec tout ce qu’il a de bon et de nouveau.

Nos cultures ne se sont construites qu’au travers de ce qu’elles ont pu découvrir ailleurs. Sans cette ouverture, c’est la mort et le déclin.

Que faudra-t-il pour qu’on puisse voir à quel point l’avenir, c’est CA?

Je vois nos enfants, riches et grandis des rencontres et des discussions que nous avons avec et autour de nos invités. Je vois ces gaillards (parfois pas très agés) reprendre le baluchon, renforcés par les échanges qu’ils ont eu ici lors de leur (trop) court séjour.

Je nous vois grandir, dans une société que nous ne comprenons plus, mais renforcés par une certitude: ce que nous faisons est bon et humain.

Un jour, si j’en ai la chance, je raconterai tout ça à mes petits-enfants. Et ce jour-là, je pourrai dire que la cause a été plus forte que l’individu. Que nous n’aurons pas renoncé à l’Humanité. Que ce qui importe, c’est le bien de Tous. Ce jour-là, je me tiendrai fier, et je soutiendrai tous les regards: j’aurai participé à l’Aventure Humaine, avec beaucoup de doutes et d’espoirs, mais debout, et en pleine jouissance de l’instant présent.

Ce soir, je sors du bois, je l’affirme publiquement, haut et fort, j’héberge et je soutiens la cause: je suis Humain.

Dieu sait où tout celà nous mènera, mais ça fait un bien fou.

Chers VNous, merci pour le chemin que vous avez tracé et que nous avons pu emprunter sur vos traces. Chers Vous, aujourd’hui plus que jamais, l’Humanité a besoin de VNous. Il est temps de suivre une autre route, celle de la solidarité, du partage et de l’égalité. Il est temps de passer du Vous et du Nous, au VNous. Vnous sommes plus forts ensemble. Plus égaux et plus libres aussi. Et définitivement plus Humains.

Nous sommes à liés la même destinée et nous en partagerons tous les moments, quels qu’ils soient et jusque’à la fin. Donc, tant qu’à faire, autant en faire quelque chose de beau!