Je ne serai plus jamais fille unique.

Je suis fille unique. Mais j'ai toujours rêvé d'avoir un frère.

A Noël dernier, j'ai rencontré "mes premiers migrants". J'ai surtout rencontré A. qui est très vite devenu un ami puis un frère. Notre relation s'est construite petit à petit, en douceur, mais c'était une évidence pour lui comme pour moi. Nous étions de la même famille.

L'été dernier, après avoir ramené au parc mon frère et deux amis venus fêter mon anniversaire, j'ai reçu un sms de l'un d'eux. "Hello Mario ! Our friends they want a family... And they coming now from trying and if it's possible they stay with you this weekend.". J'étais seule à la maison... Allez M., je te fais confiance, on ne va pas laisser tes amis dehors... Après de multiples péripéties, les voilà arrivés. Et là, nouvelle évidence : j'avais un autre frère.

Ils viennent du même pays. Ils ont mon âge. L'un est plutôt secret, l'autre raconte beaucoup. L'un est très réfléchi, l'autre vit au gré de ses émotions. L'un a des projets précis, l'autre tente de "profiter de la vie". L'un est protecteur, l'autre chahuteur. L'un a pris son temps avant de se dévoiler, de s'attacher, de construire une relation de confiance. L'autre a mis son pied dans la porte et dit "Je vous adopte !". A. et N.

Je ne serai plus jamais fille unique.