Personne ne le lui a dit.

Il s’appelle O. Il a 16 ans. Ou 15. Il a commencé par dire 17. Il a encore les rondeurs de l’enfance malgré sa moustache naissante. Il porte un t-shirt du Tour de France 2010 sponsorisé par Carrefour. Sa soeur l’attend en Angleterre. Elle a les papiers. Elle a obtenu le statut de réfugiée. Il n’a pas de téléphone. N’a plus parlé avec sa famille depuis deux mois.

Il est en Europe depuis 4 mois. 2 à Calais, 2 à Bruxelles. Il dort au parc. Il n’a pas de famille ici. Juste les amis.

Certaines nuits, il tente la chance. Il prend des risques. Il dit « Incha Allah, UK! ». Il va sur les parkings, il essaie de monter dans des camions, il est poursuivi par la police. Il a déjà été arrêté. Puis relâché. On lui a dit qu’il devait dégager. Ne pas revenir ici. Parfois, pour réussir à partir d’ici, il pense à se glisser sur l’essieu. Il sait que c’est dangereux. Il a peur des chiens. Il sursaute quand on fait un mouvement brusque trop près de lui. Il ne dort pas bien. Il découvre le froid. Il a souvent faim. Il reste souriant.

Il ne sait pas qu’il peut demander un regroupement familial.
Personne ne le lui a dit.