Zola, pour sûr, est un être d’exception et je sais qu’absolument tous vnos invités le sont, ne fut-ce que par leurs parcours.

“Il faut prendre garde aux étrangers que nous croisons : parmi eux se cachent des êtres d'exception... “ Entendu à la radio la semaine dernière dans « Entrez sans frapper ».

J’ai accueilli un petit bonhomme de 17 ans pendant quelques semaines. Je peux vous donner son nom, car malin et chanceux comme il était, il n’a pas mis longtemps à se retrouver précisément là il voulait aller : Zola. Chanceux, il ne l’a pourtant pas toujours été.

Ainsi, lorsque Zola est parti à 16 ans de chez lui au plein milieu de la nuit, il est tombé nez à nez avec ses parents (c’est toujours comme ça !) qui ne dormaient pas. Il leur a dit qu’il allait aux toilettes -situées à l’extérieur. Ses parents ont dû trouver que son pipi durait bien longtemps car ni une ni deux, sitôt dehors, il a pris la fuite pour rejoindre ses trois comparses, mineurs comme lui, qui l’attendaient dans un taxi. Deux jours plus tard, il appelait sa famille pour dire qu’il se trouvait au Soudan. Le papa, furieux, a menacé de prendre l’avion pour récupérer le fiston fugueur. Ryanair Ethiopie devait être en grève ce jour-là car il ne l’a jamais fait. Ensuite, traversée du désert, arrivée en Libye et enfermement avec 10 mois de travail obligatoire dans des fermes, parents rackettés. Puis, libération des quatre copains, traversée de la Méditerranée, sauvetage par l’Aquarius (on les voit sur une vidéo de CBS news), Espagne, France, Parc Maximilien, Porte de Rixensart, Limal... Rien que ça, c’est déjà extraordinaire. Zola faisait partie de ceux que certains ont appelé les Bambinos, et je sais qu’il y en a d’autres.

Ce qui m’a terriblement impressionnée et que je n'oublierai jamais a été leur fameux réveillon de nouvel an éthiopien en septembre. Ils étaient six Ethiopiens à notre table lorsque Zola a dirigé la prière avant le repas. Si je m’étais attendue à cela ! Comment vous expliquer ? Une interminable litanie de ce que j’imagine être des psaumes répétés à voix basse à une allure incroyable, entrecoupés par des « amen » disparates émanant des copains (même le seul musulman s’y est mis à la fin). Ses amis m’ont expliqué ensuite qu’il était « little priest » Un petit prêtre dans ma maison, haut comme trois pommes, avec une petite décoloration blonde sur le haut de la tête ! Je vous rassure, je ne l’ai pas obligé à écouter mes confessions…

Zola, pour sûr, est un être d’exception et je sais qu’absolument tous vnos invités le sont, ne fut-ce que par leurs parcours..
! Mais vous savez, cette formule à propos des étrangers peut être inversée ! Je pense que vnous tous, hébergeurs, chauffeurs, colibris, volontaires etc nous sommes aussi des êtres d’exception. C’est sans doute un pécher d’orgueil que de le dire mais c’est la vérité !