« Mami, 3 in the big bed, and one on the mattress on the floor…!?

J’ai aussi eu 3 puis 4 copines absolument adorables, aimant cuisiner, se promener en forêt…
Plus exactement 2 amies, auxquelles s’est ajoutée une jeune femme isolée que j’ai récupérée à la demande de l’une d’entre vous et qui s’est intégrée à la minute.
Puis, après une éclipse, 2 des trois m’ont appelée du Parc, en me prévenant qu’il y en aurait une 3ème, très très sympa. Et au moment j’embarquais ce trio recomposé, l’une des 2 premières accueillies, que je croyais envolée entre temps, est arrivée en trottinant: « Mami, 3 in the big bed, and one on the mattress on the floor…!? » OK, OK (que répondre d’autre)
Eh bien, géniales toutes les 4! Se tressant mutuellement les cheveux si besoin, mais aussi, après le délicieux repas qu’elles avaient concocté, nettoyant la cuisine de fond en comble, puis la salle de bain pour faire bonne mesure. M’accompagnant aux courses, en promenade, à la brocante.
Elles ont disparu, toutes les quatre je crois.
Bon vent! I miss you so much!♥️

Pour compléter ce petit tableau idyllique (c’est pas à chaque fois comme ça, tout de même): j’avais dans le même temps un arrangement avec une voisine. Diane hébergeait mais travaille à domicile et devait renvoyer ses invités vers 9h30.
Donc ses deux gars arrivaient chez moi: même pays, même langue. Les 5 ou 6 ensemble, c’était plus que charmant.
Les gars se précipitaient dès que je faisais mine de déplacer une manne à linge, plaisantaient avec les filles, tous et toutes faisaient moult selfies (sauf moi: pas de smart-phone): seul, à 2 ou plus, avec moi éventuellement…
J’ai cru identifier un léger flirt: se photographier ensemble, mais aussi l’un l’autre devant un rosier rouge épanoui. Que du bonheur!