Je croise les doigts pour que la chaîne se poursuive avec VNous!

Plus d’un mois que M. vit chez nous. Chaque soir, lorsque je lis les messages sur la plateforme hébergement, mon cœur se serre. Car à chaque fois, je me demande si le choix que nous avons fait est le bon : accompagner jusqu’au bout notre hôte dans sa demande d’asile ou participer aux accueils « tournants ». Je sais que pour M., c’est le choix le plus juste que nous faisons mais les autres…
Tous les jours, M. me surprend. J’avais oublié à quel point nous sommes des privilégiés. Il s’étonne de tout, veut tout apprendre. Il ne savait pas ce qu’était une girafe, un lion, un crocodile… Pourtant, ces animaux vivent sur son continent. Il n’en avait jamais vu, entendu parler! Il découvre son environnement comme un nouveau-né. Il a 18 ans et il n’était jamais sorti de son quartier avant de commencer son périple vers nous. Jamais eu de TV, GSM, PC, Internet, …. Je ne savais pas que cela pouvait être possible alors qu’on vit dans une capitale, soit-elle en Afrique. J’apprends autant que lui sauf que moi, je suis en sécurité. Plus je l’écoute, plus j’ai mal en notre humanité.
Je lui explique le féminisme, le droit d’aimer qui on veut (il ne savait pas que deux femmes ou deux hommes pouvaient s’aimer), la politique belge, nos coutumes, nos lâchetés et nos victoires,… Il écoute et me dit : le plus important, c’est le respect! Il a tout compris. Il me promet que le jour où il sera en sécurité, lui aussi poursuivra l’action d’aider les personnes en difficulté!
Je croise les doigts pour que la chaîne se poursuive avec VNous!