Tu as parlé un langage spécial avec notre jeune fils, vous riiez aux éclats.

Chère Mina,
C'était en novembre 2016, il faisait affreusement froid. Une amie facebook publiait un appel à l'aide; une jeune fille de 24 ans allait se trouver seule pour la nuit, dans une gare. En route, depuis 2 ans vers l'Angleterre.
24 ans.
L'age de ma fille.
Nous sommes allés te chercher, te reccueillir, t'accueillir.
Tu etais si reconnaissante, timide et effrayée.
Tu as parlé un langage spécial avec notre jeune fils, vous riiez aux éclats. Nous avons parlé anglais, tu as un diplôme en économie, ta route a stagné au Liban retenue, detenue, esclave 6 mois, puis tu as fui, re fui, marché, marché...
Tu mangeais seule, des tomates, des oeufs et du pain. Tu as eu ton père au téléphone dans notre salon, tes sanglots disaient «je vais bien, je suis en sécurité».
Un jeune égyptien, aussi maigre que ses yeux étaient bleus et ses mains glacées nous a rejoints pour une nuit.
Avec de nouveaux vêtements, propres comme des sous neufs, rechauffés, reposés et repus, vous avez repris votre route après 10 embrassades et 1000 mercis. Nous avons pleuré toutes les larmes de nos corps.
Et vous êtes partis.
Et nous sommes restés, seuls, vides, infiniment tristes.
Je pense à vous souvent.
Je vous espère plus que tout aimés, au chaud, propres, repus et en sécurité.